Quelle est la différence entre abandon de poste et démission ?

L’abandon de poste et la démission sont des concepts qui ont été longtemps confondus par les employés et même les employeurs. Pourtant, ce sont deux notions bien différentes l’une de l’autre, même si la distinction peut s’avérer délicate. Comment différencier la démission de l’abandon de poste ? Qu’est-ce qui est réellement préférable? 

Comment séparer abandon de poste et démission?

En réalité, la démission et l’abandon de poste ne sont pas du tout confondus. Il convient de rappeler que dans le cas d’une démission, le salarié fait expressément connaître à son employeur sa décision de rompre le contrat de travail. Cela se fait d’ailleurs dans la moindre ambiguïté. 

A lire également : Comment réussir une vente immobilière ?

En revanche, pour l’abandon de poste, le salarié s’absente de manière délibérée et prolongée de son poste de travail. Il ne prend donc pas la peine d’obtenir une autorisation ou de prévenir son employeur. Par exemple, il arrive que l’employé ne revienne pas à son lieu de travail après une période de congés. 

Ainsi, il ne décroche pas les appels et ne répond pas à ses mails. Dans de telles circonstances, on ne peut pas déduire qu’il y a une volonté explicite de démissionner de la part du salarié. C’est ce que stipule la loi numéro 92-43.868 du 24 janvier 1996. 

A découvrir également : Comment réussir une vente immobilière ?

Toutefois, il y a des situations qui peuvent contraindre l’employé à un départ précipité sans possibilité de se justifier. En cas d’accident ou d’urgence familiale par exemple, on ne peut pas parler d’abandon de poste. Il en va de même lorsque le salarié exerce son droit de retrait.

Abandon de poste : une solution efficace pour l’employé ? 

De nombreux salariés préfèrent abandonner leur travail plutôt que de déposer une lettre de démission en bonne et due forme. En effet, il faut savoir que le salarié démissionnaire n’a pas droit à l’allocation chômage. En parallèle, il faut faire une certaine distinction. L’abandon de travail lui-même ne permet pas d’avoir accès aux allocations de chômage. 

C’est le licenciement qui en découle qui entraîne le versement des allocations chômage. Même si d’autres conditions doivent également être respectées. Cependant, c’est au niveau du licenciement que se situe toute la complexité. Aucune loi n’oblige un employeur à licencier l’employé qui a abandonné son poste. Par ailleurs, il ne lui vexe pas de salaire. 

C’est une situation délicate dans laquelle le contrat de travail n’est pas rompu, mais les deux parties n’exécutent pas les clauses qui sont les siennes. En pareille situation, le salarié peut proposer à l’employeur une rupture conventionnelle.

En conclusion, la démission et l’abandon de poste sont très différents. Toute la distinction se situe au niveau de l’implication et du respect de l’employé envers l’employeur. 

La démission est un procédé formel dans lequel l’employé informe son employeur de son envie de quitter son travail. Dans l’abandon de travail par contre, l’employé cesse de se présenter à son lieu de travail sans justification ni préavis.